1er jour, arrivée à Dharamsala.

Aujourd’hui c’est parti, je vous fais remonter le temps. Mes récits seront peut-être un peu décousus, voire confus, mais en tout cas ils seront vrais. Je n’ai que ma mémoire et mon journal, j’essaierai d’en user au mieux.

Vendredi 06 août 2010.

Nous sommes partis la veille au soir, en bus. L’un de nos mono jouait de l’accordéon, nous chantions, parlions, rions ; la joie de vivre du pays commençait à nous imprégner, malgré la fatigue, pesante après une courte nuit à côtoyer des cafards et une journée à crapahuter dans Delhi. Nous nous arrêtions de temps à autre, dans la nuit, et sentions l’air plus respirable que dans la capitale. Nous n’avons pas beaucoup dormi, réveillés par les sursauts du véhicule, ça grommelait, par-ci par-là, et à 8h du matin nous étions enfin à Dharamsala.

En relisant mon journal, je peux vous dire qu’il pleuvait ce matin là, mais je n’ai retenu que la fraîcheur de l’air et la beauté des paysages. Et le petit-déjeuner qui a suivi également, mais ça, c’est plutôt mon estomac qui s’en souvient. Ce fût ma première expérience culinaire tibétaine ; le balep korkun, pain traditionnel (j’aborderai le thème « cuisine » dans un article spécial). Nous avons ensuite rejoint les familles, pour la première fois. 2 garçons de notre groupe se sont retrouvés dans une famille habitant très proche de la notre, nous partons donc ensemble. Une fois le tour du propriétaire et les présentations terminées, Sonam nous apporte le thé – délicieux – et nous laisse pour que nous puissions nous reposer un peu avant d’attaquer l’après-midi. Après un somme, un copieux repas de momos, et nous voici en route pour le temple bouddhiste, faisant face à la résidence du Dalaï Lama (que nous n’avons malheureusement pas pu voir car il était absent). Les moines étaient en plein cours de philosophie :

Je ne saurais trop l’expliquer, mais l’exercice consistait en une série de questions plus ou moins rhétoriques, des « pourquoi » à la chaîne, auxquels le moine assis devait répondre, sans discontinuer. Ces deux-là semblaient particulièrement content, heureux, presque riant.

Je passe la visite du Musée du Tibet, j’y consacrerai le prochain article. Les atrocités vécues par les fugitifs y sont retracées, et ce serait un manquement de respect que de n’y consacrer que quelques mots au détour d’un post, alors que je veux y consacrer ma vie.

Nous avons ensuite suivi la route des moines, dans le petit pèlerinage qu’ils font, autour du temple, à la rencontre de vues splendides,

de troupeaux de vaches, et de petits temples. J’y ai vu certains des plus beaux paysages qu’il est aujourd’hui possible de contempler, car les rares personnes qui se sont aventurées dans cette nature en connaissent l’importance, et la préservent. Cette beauté du monde, peu ont la chance de la rencontrer, j’en suis consciente, et ces merveilles resteront dans ma tête à tout jamais. Dans cette population, si proche de la Terre, et d’un mode de vie alternatif, nous avons rencontré les membres de l’association Students for a Free Tibet, dont je parlerai avec le Musée du Tibet. J’ai du mal à trouver les mots pour m’exprimer et je m’emmêle un peu les pinceaux mais tout est là.

Après un temps libre assez soulageant, nous avons regagné la petite habitation de Sonam et sa famille. Les 2 garçons de notre groupe qui logeaient en face nous ont rejoint pour le thé, invités par notre hôte. La soirée a été courte, après un thukpa (soupe inspirée des nouilles chinoises) incroyable, nous offrions quelques cadeaux (gâteaux français, fournitures et jeux pour les enfants) et nous allions au lit.

C’était une journée éprouvante, très riche en émotions et en découvertes. Il y a quelque chose de sacré qui flotte dans l’air, dans ces montagnes, et tout le monde semble différent. Les gens regardent la vie, et les autres, avec sérénité et compassion. La magie de ces lieux réside ainsi, dans tout à chacun, nous transportant d’une émotion à une autre, comme si la vie nous avait menés là pour nous montrer la chance que l’on a d’exister…

Publicités

2 réflexions sur “1er jour, arrivée à Dharamsala.

  1. Ayant eu la chance de vivre assez longtemps en Inde, j’ai aussi visité Dharamsala et d’autres villes alentours, telle que Manali. J’ai fais beaucoup de voyage en Inde mais celui ci reste de loin le plus beau et le plus significatif, Profitez. Bises

    • Je n’ai malheureusement pas pu visiter les villes et villages alentour (excepté un reculé en montagne), mais la région est vraiment très belle. Cette fois-ci je risque de partir dans le sud (Tamil Nadu) mais je ne doute pas que cela sera tout aussi magique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s